Betty – Arnaldur Indridason

Betty – Arnaldur Indridason

Dans mes sombres heures de blues, je me soigne toujours avec la lecture,  les livres deviennent alors mon baume de prédilection, mon remède le plus efficace contre les désillusions de la vie.
C’est donc en souhaitant entamer ma cure que je me suis dirigée vers ma pharmacie spéciale, la librairie (Livremoi.ma).
Je comptais acheter deux livres, à dévorer pendant les quatre jours de vacances, et si je savais pertinemment sur quoi était porté mon premier choix (Soufi, mon amour), j’ignorais absolument quel serait serait le second.
Je voulais du James Patterson, mais comme il n’y en avait plus, je me suis tournée vers la libraire, une jeune femme très aimable, et l’ai supplié du regard en lui disant : « Je veux un roman noir, un thriller passionnant à la fin inattendue et qui tienne en haleine, je veux avoir le souffle coupé ! »
Elle s’est dirigée vers un rayon de la bibliothèque, et l’a sorti : « Je vous recommande Betty, il commence comme un thriller lambda et on a l’impression de déjà connaître l’histoire, mais vers le milieu du bouquin, les choses basculent ! »
C’est donc suite à ses précieuses recommandations que je décidais de le prendre, encore plus excitée à l’idée que c’était le premier auteur Islandais que j’allais lire, je commençais donc ma lecture le soir-même.
IMG_20151226_122007 (2)
La lecture de ce roman noir a été sidérante. L’univers est sombre et ce dès le début, où le personnage principal, emprisonné pour meurtre, raconte à travers d’incessants retours en arrière comment il est tombé amoureux à Reikjavik d’une femme fascinante et hors norme : Betty.
L’idylle naissante est remarquablement bien racontée, et au fur et à mesure qu’on comprend Betty, femme fatale et qu’on saisit le magnétisme évident qu’elle exerce sur le narrateur, qu’on cerne son mari, riche, grossier, inévitablement brutal et arriviste, on commence à appréhender l’engrenage infernal dans lequel a été pris le narrateur et on redoute  la suite.
Puis, arrive la seconde moitié du roman, qui elle, nous met la tête sens dessus sens dessous.
On revoit notre jugement, on est contraints de retourner les pages et de revenir sur nos pas, relire certains passages, se dire comment est-ce qu’on a pu rater ça ? Passer à côté ? Ne rien voir ?
C’est ce qui donne la certitude ultime que ce livre a été écrit avec brio !
C’est une dimension d’univers narratif que j’ai adoré lire, et je recommande vivement Betty.

 

Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *