« Nos Vies Suspendues » – Laura Blanchon et Renée Sim

Oh là je vais vous parler d’un roman qui m’a tout simplement bouleversée : « Nos Vies Suspendues » de Laura Blanchon et Renée Sim, Editions Guy Trédaniel. Un témoignage poignant d’une maman et sa fille atteinte d’une méningite foudroyante qui va bouleverser leur vie. Merci encore à l’auteur et à l’attachée presse pour l’envoi.

Présentation

Le 14 février 2008, les vies de Laura, 20 ans, et de sa mère, Renée – tout comme celles de leurs proches – ont basculé. Atteinte d’une méningite foudroyante, dont le diagnostic est posé tardivement, l’étudiante en soins infirmiers comprend qu’elle va mourir. Elle sombre dans un coma profond pendant dix jours. Ce qui se passe pendant cette période défie l’entendement… Elle vit une « décorporation », décrivant une scène dont tous les détails se révéleront exacts, mais aussi, elle communique par la pensée avec son père, à qui elle demande de la laisser partir… Tous lui disent adieu.

Puis, le « miracle » survient. Ses organes reprennent leurs fonctions peu à peu et Laura revient à la vie. Commence une longue rééducation pour la jeune femme qui doit « repartir de zéro » et tenter d’intégrer ce qu’elle a vécu, y compris les épisodes les plus extraordinaires traversés lors de son coma. Un récit poignant écrit à quatre mains par Laura et sa mère Renée, porteur d’un message d’espoir pour ceux qui traversent des épreuves similaires – aux frontières de la Vie.

Ma Chronique

Que vous dire et par où commencer… Ce livre est une révélation à mes yeux. Je le dis parce que je ne m’attendais pas à ressentir autant d’émotions (Si, si, même larmoyé et pas qu’un peu !) quand j’ai reçu le livre. Mais il s’est avéré que la lecture de ce roman suscite tout un chamboulement intérieur car la narration fait que l’on vit chaque étape de la vie normale au déclenchement de la maladie jusqu’aux différentes complications qui s’en suivent.

On découvre donc comment Laura, 20 ans et dans la fleur de l’âge, a développé les alarmants symptômes d’une méningite. De l’erreur de diagnostic aux soucis de santé de plus en plus graves, cette jeune fille a été sauvée grâce au puissant instinct maternel de sa mère qui avait deviné pour la méningite avant tout le monde, ainsi qu’à une docteur qui a eu le bon réflexe de lui injecter de la Rocéphine à temps.

Le combat commence et Laura sombre dans un coma profond… les affres de la douleur et les angoisses les plus terrifiantes submergent donc sa famille, entièrement dévastée par cette nouvelle. La narration et le style d’écriture (un mélange de deux plumes, donc deux versions, celle de Laura et de Renée) permettent de ressentir une bouleversante empathie par rapport au vécu de la mère et de la fille. Ce livre est un témoignage poignant, à lire sans plus tarder car il relate des faits qui auraient pu arriver à chacun d’entre nous. A la lecture, le coeur se serre et les larmes coulent silencieusement, parce que c’est un vécu qu’on vit au fur et au mesure de la narration. On vit la dégradation de l’état de Laura, on imagine le corps dépérir et le système immunitaire flancher, on ressent la cruelle indifférence de certains médecins comme la chaleureuse humanité d’autres, on peut presque entendre les cent pas de la maman dans le couloir de l’hôpital… Et c’est douloureux, c’est déchirant.

Puis surgit le miracle, la lueur d’espoir, et là nos larmes s’entremêlent à nos sourires, et le coeur libéré du chagrin, sourit à son tour face à la bonne nouvelle. Ce livre est un cri à toutes les mamans, à toutes les filles, mais est surtout un récit poignant qui nous rappelle à l’ordre et nous informe sur les dangers de la méningite purpura. Il vise à sensibiliser le public et les autorités face à cette maladie qui quand elle ne tue pas laisse des dégâts immenses et souvent irréversibles au corps humain.

J’aimerais dire bravo à ces deux femmes d’avoir pu apporter leur témoignage de manière aussi touchante et d’avoir eu le courage de communiquer dessus. Je vous le dis, c’est presque un ordre, ce roman est à LIRE !

Pour vous le procurer, c’est ici : http://amzn.to/2fAcGLF

14962339_991151120991485_718070917_n-1

14961530_991153917657872_739281890_n

14972051_991151124324818_433255742_n

14937867_991153987657865_220659068_n14963074_991153837657880_960616222_n

2 réflexions sur “« Nos Vies Suspendues » – Laura Blanchon et Renée Sim

  1. Que vous dire…. Merci tout simplement.
    Merci d’avoir su trouver les mots pour partager notre livre… Merci de nous soutenir dans « notre quête » afin de parler de la méningite qui n’est pas une maladie aussi rare que les médias le disent.
    Vos commentaires me vont droit au cœur, et me laissent sans mot.
    Vous avez une très belle passion, chroniquer des livres, ne changez rien.
    Renée

    1. Oh merci beaucoup Renée.
      Vos propos sur ma chronique me touchent profondément et votre parcours à vous et à Laura est remarquable, plus de gens devraient y avoir accès à travers la lecture de votre livre.
      J’ai été très sensible à ce vécu et je n’oublierais pas cette lecture de sitôt. Merci encore pour ce beau témoignage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *