De Cendres et d’écarlate – Hélène Duc

Ce beau recueil de nouvelles fantastiques « De Cendres et d’Ecarlate »- Editions Unicité, a été lu dans le cadre d’un service presse avec l’auteur Hélène Duc, que je remercie pour l’envoi. Il est mon premier dans le genre et j’avoue que je suis plutôt conquise !

Présentation

Regroupées autour d’une thématique commune, les figures de la femme dans la littérature fantastique, ces six longues nouvelles, nourries par les univers de Théophile Gautier, Edgar Allan Poe et Stephen King, vous proposent de partir à la rencontre de personnages féminins issus du folklore fantasmagorique européen, entre romantisme gothique et érotisme contemporain.

Tour à tour, troublantes victimes ou bourreaux voluptueux, les six femmes que vous allez découvrir sous la plume élégante et sensuelle de l’auteure, qu’elles soient sorcière, démone, vampire, ou bien encore métamorphe, vous fascinerons autant qu’elles vous inquiéteront.

“Quand il avance une main pour me la poser d’autorité sur le front, je me cabre et rue comme une forcenée. Je me calme presque aussitôt, en sentant à son contact une merveilleuse sensation de paix m’envahir. Sa voix retentit dans ma tête. N’aie pas peur. Souviens-toi de notre pacte. Tu as reçu le don, rappelle-toi… Cette voix… Je la reconnais à présent. C’est celle de l’inconnu de l’autre nuit.”

15058791_999614670145130_1411781760_n

Ma Chronique

Ce roman est une lecture addictive… J’entends par là que dès les premières pages, vous serez aussitôt happé par l’univers fantastique et mystérieusement troublant qui y règne… Etant composé de six nouvelles, j’ai choisi de vous parler de ce livre en partageant mes ressentis à chacune d’elle…

  • L’âtre : est une ensorcelante valse d’une belle vampire rousse à la peau satinée, qui, victime d’un sortilège, souhaite ardemment être libérée de ses tourments. Maîtresse le temps d’une nuit et à jamais disparue le lendemain, Anthéa laisse le protagoniste malade de chagrin, certain de ne plus jamais goûter à l’exquis goût du bonheur…

 

  • « Jouer avec le Feu » : est une nouvelle très troublante où l’on découvre Léa, qui à la suite d’un viol s’est renfermée sur elle-même jusqu’au soir où son amie Kelly la persuade de sortir s’amuser en boîte. C’est lors de cette fameuse sortie que la providence mettra Nathan sur le chemin de Léa. Tout ce que je peux vous dire sans vous révéler la suite c’est que cette passion embrasée enflammera tout sur son passage…

 

  • « Miss Saphira » : Cette nouvelle épistolaire nous entraîne dans les wagons du magnifique Orient Express où le voyageur Walter Prescot écrit ses étranges déboires à son ami Sir Robert Wallace. Son écriture frénétique révèle l’origine de son profond désarroi : il est tombé amoureux d’une subjuguante jeune femme rencontrée dans le train. Bien mal lui en a pris, puisque cela le propulsera dans une obscure histoire qui influera probablement sur le cours de sa vie..

 

  • « Sa Langue au Chat » : est une nouvelle qui m’a beaucoup bousculée. Le malaise y est prenant dès les premières pages et les dernières sont tout bonnement horriblement inattendues. D’autre part la plume de l’auteur y est pour beaucoup, car son sens du détail est tel que pendant un instant, on s’y croirait vraiment dans cette chambre…

 

  • « Diligence vers l’Ailleurs » : est un récit, comment vous dirais-je ? S U R P R E N A N T ! Disparitions inquiétantes, jeune femme au pouvoir magnétique et chasseur de tête épris seront au rendez-vous pour une fin des plus déconcertantes ! L’auteur sait indéniablement entraîner ses lecteurs dans les dédales fantaisistes de ses pensées, et ça lui réussit !

 

  • « Renaissance » : Encore une histoire troublante dont je ne suis pas très certaine d’avoir saisi le sens, mais peut-être est-ce là la visée de l’écrivain, nous ouvrir si violemment la porte de la fantaisie qu’on ne distingue plus la ligne entre le réalisme et l’imagé. On en retient une jeune femme en souffrance amoureuse qui commet l’irréparable en s’ouvrant les veines… De la vision qu’elle a lorsqu’elle traverse une expérience de mort imminente va résulter la signature d’un pacte aussi étrange que délicatement optimiste…

Pour l’avoir lu d’une traite en trois heures le soir, je peux vous dire que ce recueil vous transporte par une écriture fantasque dans laquelle vous expérimenterez toutes sortes d’émotions excepté l’ennui. Bilan positif donc chers amis, je vous le recommande pour une virée pleine de mystère 😉

Vous pouvez l’acheter ici : http://bit.ly/2gCcuiK

Une réflexion sur “De Cendres et d’écarlate – Hélène Duc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *