« Aujourd’hui tout va changer » – Maria Semple

Tout d’abord, un grand merci aux Éditions Plon de m’avoir fait découvrir ce roman avant sa sortie officielle, le 11 mai 2017.

Présentation 

Eleanor Flood est une femme au bord de la crise de nerfs. Mais aujourd’hui tout va changer. Elle va prendre une douche et s’habiller. Elle va suivre ses cours de poésie et de yoga après avoir déposé son fils Timby à l’école. Elle ne va pas dire de gros mots. Mais… la vie en a décidé autrement.

Parce que aujourd’hui Timby va faire semblant d’être malade pour passer la journée avec sa mère. C’est aussi aujourd’hui que Joe, son mari, a choisi d’annoncer à ses employés qu’il est en vacances, en omettant de prévenir sa femme.

Juste au moment où Eleanor pense que les choses ne pourraient pas être pires, elle retrouve un vieux document familial qui va mettre sa vie, chaotique mais finalement assez parfaite, sens dessus dessous.

Ma chronique

Ce livre commence bien avec une écriture vive et un flux enchaîné qui dénote clairement de la touche américaine. Un bon dynamisme du récit dès les premières lignes, pas de temps mort entre les chapitres et un fluide enchaînement des événements.
On apprend à connaître cette épouse et mère, Eleanor. On s’imprègne de son caractère, de son tempérament, on la suit dans ses péripéties et ses opinions pas toujours des plus tendres envers la société. On sourit à ses joies et on soupire à ses déconvenues. On découvre aussi son mari, Joe, le célèbre et son adorable fils Timby. La protagoniste étaye ses réflexions par des flash-backs au coeur de son passé pour révéler la triste enfance qu’elle a eu, les responsabilités qu’elle a vite dû assumer, l’éducation de sa petite soeur qui n’avait plus qu’elle comme repère et les nombreuses difficultés qu’elles ont dû affronter. Jusqu’à la brouille finale, celle qui a tout fait basculer.
Puis au bout de longues digressions que je n’ai pas toujours trouvées nécessaires, Eleanor révèle enfin et peu à peu les raisons derrière la discorde avec sa soeur Ivy, les sentiments enfouis rejaillissent dans un flot de souvenirs douloureux et nostalgiques.
On comprend les raisons de la brouille, la douleur d’Eleanor et le ressenti d’Ivy et de son mari Bucky qui lui tiennent rigueur de ce qui s’est passé et de comment ils se sont sentis insultés par ses actes et paroles.
Puis sa relation avec son fils, Timby, son attrait pour le sac à mains de sa maman, pour le maquillage et autres déguisements, les soucis qu’il rencontre avec ses camarades à l’école. Tous sont autant d’incidents qui inquiètent Eleanor qui ne peut s’empêcher de se poser la question : mon fils est-il gay ?
L’apparition d’une BD page 64 représente une transition intéressante dans le roman, puisqu’elle constitue aussi l’élément perturbateur qui va déclencher un torrent d’émotions et une prise de conscience aiguë.
Nous suivons ensuite sa virée à la recherche de son mari, parti en vacances sans aviser sa propre famille. Dans sa quête elle se heurtera à des questions existentielles qui lui feront douter de certains choix de vie malgré une carrière retentissante.
Eleanor estime qu’elle n’a jamais su aimer de la bonne manière les personnes qui lui étaient chères et qu’il était grand temps que cela change.
Un portrait à la fois drôle et tragique sur cette femme qui un peu gâché sa vie et qui souhaiterait la ré-apprécier en goûtant au plaisir des choses simples et en savourant les vraies cadeaux de la vie. Une ode à la réinvention de l’être, au sens des priorités et au don de soi.
Vous pouvez vous procurer le livre ici : http://bit.ly/2pYTkn9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *